Morte née

Oh maman je t’en prie berce-la tendrement
Cajole-la toujours, ta fille, ton enfant

Mais ne remarque pas
Que pendant tes absences, elle est morte en tes bras.

Ces murmures douceâtres : un jouet de chiffon ;
Tu n’avais pas compris, ne donnait pas raison…
Tu étais aveuglée.
Amère, tes non-dits : n’était-elle que poupée ?

Caresse donc sa peau : la pauvre était damnée.
Derrière ses paupières, des tous petits yeux gris ?
Les perles étaient nacrées :

A force de t’y voir, tu les croyais en vie.

Et tu te méprenais : « Qu’elle est belle ! » Illusion…
Tes fausses attentions n’étaient que des aiguilles
Pour ce bout de coton.
Ainsi tu l’enlaçait pour étouffer ses cris…

Quelle magnificence, la lueur des bougies,
Le parfum assommant de ces encens rougis…
Et la poupée, si belle !
Quel spectacle divin… Et quel terrible autel !

Mais son visage est froid et sa peau est si blanche,
Que tu la berces encore pour la réchauffer.
Effleure un peu sa joue parfois quand tu te penches ;
Même si elle n’est plus, prends soin de ta poupée.

Auteur : Nymphe dark

Retour au sommaire du Reflets d'Ombres n°9.


Ce site dans sa conception est libre selon les termes de la Licence Art Libre. Sauf si cela est mentionné, ceci ne concerne pas son contenu (textes et images) et vous n'êtes pas autorisé à les utiliser sans accord de leurs auteurs respectifs.

Ce site est déclaré à la C.N.I.L. sous le N°1135343.