Utopie

Illustration : noirceur et poèsies

Union de deux âmes à travers le temps et les chants.
Familières, étranges, envoûtantes, elles sont présent.
Futur et passé, tout semble vouloir les relier.
La lumière du crépuscule vient les alimenter.

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Tournant au coin d’une route sans lumière,
Libres, attachées aux ailes d’une insolite chimère.
Complaisante illusion ou cruelle vérité ?
Qui peut dire où se trouve la réalité ?

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Or perdu qui parcoure le temps et les époques,
Assassine, égoïste, qui sans cesse se moque,
Oublies que tu es toujours deux !
Cours, fuis rejoindre les cieux !

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Période cruciale de notre ombreuse existence.
Acceptation sans choix d’une probable errance.
Tu dis oui et c’est pour l’éternité…
Est-ce cela qu’on nomme destinée ?

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Ignorance de deux enfants voués à aimer,
Piège qui doucement vient les enfermer,
Pourquoi est-ce douleur d'aimer ?
Pourquoi un serment doit lier ?

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Etincelle qui brûle dans la noirceur du néant,
Eteins toi, meurs en libérant ces pauvres enfants.
Le serment n’est qu’un simple assassin…
Une utopie, guide vers un sombre destin…

L’amour ne doit pas être que serment.
Un simple, unique mais sincère sentiment.
Pur, loyal et calme, il est le lien du cœur.
Mais repoussé dans le noir, il devient malheur.

Auteur : Myushi

Illustration : noirceur et poèsies de Vladheim (Hugues Perrin).

Retour au sommaire du Reflets d'Ombres n°17.


Ce site dans sa conception est libre selon les termes de la Licence Art Libre. Sauf si cela est mentionné, ceci ne concerne pas son contenu (textes et images) et vous n'êtes pas autorisé à les utiliser sans accord de leurs auteurs respectifs.

Ce site est déclaré à la C.N.I.L. sous le N°1135343.